logo buildingSMART France-Mediaconstruct

Travailler avec les IFC

Comprendre et utiliser le format universel du BIM.

Qu’est-ce que les IFC ? (Industry Foundation Classes)

Contexte

Les IFC sont nées de la volonté d’améliorer l’interopérabilité des logiciels utilisés dans le secteur de la construction. Elles ont été spécifiées par l’IAI (International Alliance for Interopérability) créée en 1996 et devenue BuildingSmart international depuis 2008. BuildingSMART International qui continue de la maintenir et de l’enrichir, mais aussi à certifier les logiciels sur l’IFC.

Définition

Les IFC constituent un modèle conceptuel de données orienté objet. Les IFC permettent de décrire des objets (murs, fenêtres, espaces, poteaux…) ainsi que leurs relations (comme le percement d’un mur par une ouverture et l’association d’une porte à cette ouverture). A chaque “objet” peut être associé un certain nombre d’informations, elles aussi codifiées afin d’être lues de manière uniforme par l’ensemble des logiciels du marché. Ces “classes d’objets” traitent :

  • de la forme des objets ainsi que de leurs caractéristiques (comme la composition d’un mur),
  • du bâtiment tout au long du cycle de programmation, (conception, construction, gestion) et selon différents points de vue (architecture, structure, thermique, estimatif…).

La version 4 du modèle IFC comporte 776 classes d’objets ce qui permet une grande précision dans la qualification de la donnée. Les IFC définissent donc la façon dont l’information va être structurée pour pouvoir être lue et correctement interprétée par les “machines” logiciels. Ce format d’échanges de données structurées garantit le partage d’informations entre les différents logiciels-métiers dans un projet BIM. L’IFC ou “Industry Foundation Classes” est un modèle de données ouvert et neutre, nécessaire au développement de l’openBIM.

Explications

Pourquoi une orientation objet ? Dans un simple logiciel de dessin quand des changements surviennent, il faut ouvrir et modifier un à un les fichiers pour restaurer la cohérence de la documentation. Lorsque le bâtiment est défini par modélisation des objets, la production de diverses vues (niveau, axonométrie, coupe, nomenclature des fenêtres…) est facilitée, et si l’on supprime la fenêtre dans une quelconque de ces vues, les autres sont mises à jour automatiquement. Cette orientation “objet” implique d’être très précis sur la façon dont les éléments sont modélisés et renseignés à la source afin qu’ils soient correctement interprétés dans le format IFC.

Bénéfices implémentation

Indépendance vis-à-vis solutions payantes ; possibilité développement de logiciels métiers compatibles ; accessibilité financière ; pérennisation des données. A noter : les IFC ne remplacent pas le format natif du logiciel utilisé pour faire du BIM.

Versions IFC

Depuis la version IFC1.0 en 1997, buildingSMART développe et améliore continuellement ce standard majeur. La version IFC4 est une norme ISO (16 739) depuis mars 2013. Elle va progressivement devenir la référence. La version suivante (IFC5) traitera principalement du domaine des infrastructures.

Version Date de publication Documentation
IFC5 (en développement)
IFC4-Add2 juillet 2016 Documentation
IFC4-Add1 juillet 2015 Documentation
IFC4 (anciennement 2x4) mars 2013 Documentation
IFC2x3-TC1 juillet 2007 Documentation
IFC2x3 février 2006
IFC2x2-Add1 juillet 2004
IFC2x2 mai 2003
IFC2x-Add1 octobre 2001
IFC2x octobre 2000
IFC2.0 1999
IFC1.5 1998
IFC1.0 1997

L’association buildingSMART a tout naturellement donné au format IFC son logo des 4 anneaux qui symbolisent la collaboration à travers toutes les phases de projet.

logo IFC

Sources